Archives

EDITION 2012

177201_371949516230549_2118855245_o

Le festival s’est déroulé les 19 et 20 novembre 2012, au cinéma les 7 parnassiens. Durant ces 2 jours, jeunes et adultes ont pu assister à la projection de films marquants sur des situations très diverses vécues par les enfants du monde entier et prendre part à des tables rondes animées par des intervenants issus de divers milieux (cinéma, association, médical). Cette deuxième édition a rassemblé plus de 500 visiteurs.

Voir la bande annonce du festival 2012

Liste des documentaires visionnés :

Music by prudence de Roger Ross Williams

Music by PrudenceAffectée d’un lourd handicap physique, Prudence Mabhena s’est battue pour pouvoir vivre sa passion : la chanson. Ce film retrace son histoire, son quotidien, et celle de son groupe Liyana.

Voir la bande annonce

Los Herederos de Eugenio Polgovsky

Dans les régions agricoles très pauvres du Mexique, les enfants aident leurs parents à survivre dans un milieu particulièrement précaire et se retrouvent ainsi pris, dès leur plus jeune âge dans le cycle de la pauvreté. Un film sans aucun commentaire extérieur au résultat saisissant.

Voir la bande annonce

Strangers no more de Karen Goodman et Simon Kirk

Un film aussi poignant que stimulant sur la spectaculaire réussite d’une école publique de Tel Aviv qui accueille plus de 40% d’enfants immigrés.

Voir la bande annonce

Waiting for superman de Davis Guggenheim

Le film a défrayé la chronique à sa sortie en salle à New-York et Los Angeles. David Guggenheim y traite sans complaisance des graves défaillances du système éducatif public américain qui pénalisent en premier lieux les enfants des populations les plus défavorisées.

Voir la bande annonce

The glass house de Hamid Rahmanian

En plein Téhéran, un accueil de jour reçoit des jeunes adolescentes en rupture familiale. A travers leur histoire souvent tragique, ces jeunes filles nous livrent un portrait inédit des classes défavorisées de la capitale iranienne. Leur stupéfiante vivacité et leur énergie à s’en sortir donnent au film une tonalité unique.

Voir la bande annonce

15 ans, sans papiers, sans parents

Ils ont entre 12 et 17 ans. Ils sont afghans ou d’origine africaine, asiatique… Pour fuir la guerre et la misère ils ont risqué leur vie pour rejoindre l’Europe et se retrouver seuls, sans famille, dans un pays dont la réalité est souvent bien loin de l’image qu’ils en avaient.

Scoala nostra (notre école) de Mona Nicoara et Miruna Coca-Cozma

Scoala nostraLe film suit sur plusieurs années les efforts d’un groupe d’enfants Roms qui espèrent pouvoir intégrer l’école roumaine publique, dans le cadre d’une initative européenne pour stopper la ségrégation dont ils sont victimes depuis des générations.

Voir la bande annonce

La Llegada de Karla (L’arrivée de Karla) de Koen Suidgeest

La llegada de KarlaMère adolescente de 19 ans, Sujeylin Aguilar vit avec son nouveau-né dans le parc public de Managua (Nicaragua). A travers l’histoire de cette naissance, le film explore un thème très préoccupant, celui de l’émergence d’une seconde génération d’enfants des rues.

Voir la bande annonce

Little heaven de Lieven Corthouts

En Ethiopie, dans le centre d’Addis Abeda, se trouve un orphelinat baptisé Little Heaven. Lydia vient d’avoir treize ans et apprend qu’elle est atteinte du sida. Un film tendre et juste sur l’envie de vivre, l’exclusion et la résilience.

Voir la bande annonce

Ce n’est qu’un début de Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier

Durant les années de maternelles, des enfants de 4 à 5 ans ont expérimenté la mise en place d’un atelier à visée philosophique. Ces jeunes enfants découvrent comment penser par eux-mêmes avec leurs mots à eux, et cela avec parfois un incroyable esprit citoyen…

Voir la bande annonce

The harvest (la récolte) de Roberto Romano

Chaque année, plus de 400 000 enfants sont employés aux Etats-Unis pour la récolte des fruits et légumes. Ils s’appellent Zulema, Perla ou Victor, sont originaires d’Amérique latine et sacrifient leur enfance pour aider à la survie de leur famille. The Harvest révèle une face cachée de l’Amérique.

Voir la bande annonce

Dans les bras de ma mère (in my mother’s arms) de Mohamed et Atia Al Daradji

L’Irak compte aujourd’hui près d’un million d’orphelins. In My Mother’s Arms nous plonge dans le quotidien d’une trentaine d’entre eux qu’un homme tente de protéger de la violence de la rue ou des orphelinats d’état.

Voir la bande annonce