Archives

EDITION 2010

Affiche_festival_telecharger

A l’occasion de la Journée Mondiale des Droits de l’Enfant, le Bureau international Catholique de l’Enfance lance à Paris la 1ère édition du festival de films documentaires intitulé : Enfances dans le monde. L’événement, ouvert au grand public, a lieu au cinéma les 7 Parnassiens. Il a pour ambition de montrer, à travers des films souvent inédits en France, des vies d’enfants dont les droits humains sont fondamentalement bafoués. Des tables rondes avec débats sont également organisées après certaines projections et un espace d’échange restait ouvert pendant toute la durée du festival.

Liste des documentaires visionnés :

War dance de Sean Fine et Andrea Nix Fine

Le camp de Patongo en Ouganda regroupe des dizaines de milliers de victimes de l’Armée de Résistance du Seigneur qui enlève et utilise des enfants comme soldats ou esclaves sexuels. Venus rendre compte de cette réalité, les réalisateurs en découvrent une autre : des enfants qui s’entraînent inlassablement dans l’espoir de remporter le Concours National de Musique.

Voir la bande annonce

Les enfants perdus de tranquility bay de Jean-Robert Viallet et Mathieu Verboud

Au Centre de Tranquility Bay aux Etats-Unis, des adolescents américains « à problèmes » subissent violence physique et lavage de cerveau, destinés à les remettre sur le droit chemin. Les réalisateurs nous montrent des témoignages inédits de parents, et surtout de jeunes adolescents détruits par cette expérience.

Which way home de Rebecca Cammisa

Alors qu’un mur continue de se construire entre les Etats-Unis et le Mexique, 100 000 personnes tentent chaque année la traversée clandestine, parmi lesquelles 5% d’enfants voyageant seuls. On suit dans ce film plusieurs enfants âgés de seulement 9 ans pour certains, qui cherchent à rejoindre un eldorado fantasmé au mépris des risques encourus.

Voir la bande annonce

On n’est pas des marques de vélo de Jean-Pierre Thorn

Le film retrace l’histoire de Bouba, un jeune homme d’origine tunisienne entré en France à 4 mois avec sa famille, devenu à 12 ans la véritable mascotte du Hip-Hop français… et aujourd’hui interdit de territoire après avoir purgé une peine d’emprisonnement. Une illustration emblématique et poignante d’une enfance en France dans les quartiers.

Voir la bande annonce

Last train home de Lixin Fan

Chaque hiver, les gares chinoises sont prises d’assaut par les 130 millions de migrants de l’intérieur qui rentrent dans leur famille pour le Nouvel An. On suit le quotidien des Zhang et de leurs enfants, qui ne se voient que quelques jours par an et ne parviennent plus à instaurer un vrai lien familial. Un récit édifiant d’enfances sacrifiées par la mondialisation.

Voir la bande annonce

Tobacco girl de Biljana Garvanlieva

Mumine, 14 ans, vit dans les hautes montagnes de Macédoine. Sa famille est Yoruk, une minorité turque arrivée avec les Ottoman il y a 600 ans. Depuis ses 9 ans, elle travaille avec son frère dans les plantations de tabac, l’unique source de revenus dans la région. Selon la tradition, elle est supposée être « vendue » 3 000 € à son futur époux. Mais l’adolescente rêve de devenir enseignante.

Voir la bande annonce