Les films de l’édition 2017

The Children of the Noon

de D. Fiori et O. Pohankova, Autriche, Italie, US, Kenya
2016 | 4e et + | | VOSTFR

Ils jouent, courent, lisent, font leur lessive, chantent, prient et rient sous la moustiquaire… Ils discutent aussi du VIH qu’ils ont contracté et, parfois, de la mort : celle qui a frappé leurs parents et certains de leurs camarades. Venus filmer le quotidien de l’orphelinat Nchiru au Kenya, les réalisateurs sont tombés sous le charme de ces enfants et des paysages qui les entourent. Ils nous livrent un film magnifique, qui raconte l’Afrique rurale à l'ombre du Sida et saisit son auditoire en douceur.

They call us monsters

de Ben Lear, US
2016 | 3e et + | | VOSTFR

Juan, Jarad et Antonio ont de 14 à 16 ans et risquent la perpétuité. Ils sont incarcérés à la prison de Compound, à Los Angeles, où ils participent à un atelier de scénario. L’occasion pour eux de raconter leurs histoires, et pour le réalisateur Ben Lear de suivre le débat qui enflamme la société californienne : celui autour d’un projet de loi permettant aux criminels mineurs de bénéficier d’une éventuelle liberté conditionnelle après 15 ans d’emprisonnement. Un film porté par la vitalité, l’humour et la lucidité de ces jeunes sur lesquels la caméra pose un regard exigent autant que bienveillant.

Waiting for the Sun

de Kaspar Astrup Schröder, Danemark
2016 | 3e et + | 1h32 | VOSTFR

Dans le parloir d’une prison chinoise, un père passible de peine de mort fait ses adieux à ses filles et leur petit frère. Une scène déchirante qui dit d’emblée les drames qui se jouent au Sun Village : un foyer d’accueil pour les enfants de parents emprisonnés. Kaspar Astrup Schröder a filmé sur place pendant deux ans, montrant cet univers du point de vue des enfants qui apprennent à se débrouiller seuls mais aussi à s’entraider. Un film tout en silences et sensibilité, où les enfants tracent leur propre chemin.

Train to Adulthood

de Klára Trencsényi, Hongrie
2015 | 5e et + | | VOSTFR

Les jumeaux Viktor et Karmen et leur ami Gergo font partie des cinq cent adolescents qui assurent bénévolement le fonctionnement du « train des enfants » construit en 1948 dans la Hongrie communiste. Train to Adulthood les suit dans cette expérience de travail et de camaraderie héritée d’une autre époque et en complet décalage avec leur réalité : une vie quotidienne familiale, précaire et périlleuse. Une exploration nuancée et subtile du difficile passage à l'âge adulte.

Tokyo Idols

de Miyake Kyoko, Royaume-Uni/Japon/Canada
2017 | 3e et + | | VOSTFR

Tokyo Idols nous plonge au cœur d'un phénomène culturel grandissant au Japon, celui des idoles : des groupes de jeunes filles, parfois de seulement dix ans, qui se produisent devant des hommes beaucoup plus âgés et les gratifient de poignées de mains, un contact jugé très érotique au Japon. Kyoko Miyake se concentre plus spécifiquement sur la jeune Rio Hiiragi, star en devenir qui a été idole dès seize ans, pour mettre en lumière la lente déconnexion qui s’opère entre les hommes et les femmes dans cette société hypermoderne.

Starless Dreams

de Mehrdad Osko, Iran
2016 | 3e et + | |

Avec justesse et empathie, la caméra du réalisateur Oskouei plonge le spectateur directement dans l’enceinte d’un centre de réhabilitation pour mineures en Iran. A travers leurs histoires tragiques, ces jeunes filles coupables des infractions les plus variées (meurtre, vol, vagabondage...) dressent un portait sans fard de la société iranienne. Des enfances blessées, interrompues précocement, mais non sans espoir, si l’on en croit l’innocence et l’impertinence du regard que ces adolescentes portent sur le monde.

Singing with Angry Bird

de Hyewon Jee, Inde /Corée du Sud
2016 | 6e et + | | VOSTFR

A Pune, en Inde, un chanteur d’opéra coréen, surnommé Angry Bird, a lancé́ le Banana Children’s Choir, une chorale pour les enfants des bidonvilles. Déçu par le manque de soutien des parents, Angry Bird, qui ne manque pas de tempérament, décide de les former à chanter en compagnie de leurs enfants en vue d’un grand concert. Une expérience riche en émotions, en changements et découvertes qui donne un aperçu inédit et bouleversant des liens filiaux dans les bidonvilles.

Plastic China

de Jiu-Liang Wang, Chine
2013 | 5e et + | | VOSTFR

Yi-Jie, onze ans, ne connaît du monde que ses déchets plastiques qui affluent de partout par cargos vers la petite usine de recyclage familiale où travaillent ses parents. C’est parmi ces montagnes de détritus que la fillette grandit et joue avec ses frères et sœurs, elle qui souhaite plus que tout aller à l’école. A travers son histoire et celle des deux familles qui vivent sur l’exploitation, le film dévoile l’envers de l’industrie du recyclage en Chine : des déchets puants triés à mains nues et des fumées toxiques pour la santé et l’environnement.

Normal Autistic Film

de Miroslav Janek, République Tchèque
2016 | 6e et + | 1h30 | VOSTFR

Qu’est-ce qu’« être normal » ? C’est la question que nous posent les protagonistes de ce film, à travers le discours qu’ils tiennent sur leur propre différence : l’autisme. Miroslav Janek les a filmés chez eux, seuls ou avec leurs parents, dans leurs rêveries et leurs silences, pour nous permettre d’approcher l’autisme non pas comme un diagnostic, mais comme une façon de penser le monde, mystérieuse et magique.

Los Sentidos

de Marcelo Burd, Argentine/Espagne
2015 | 6e et + | | VOSTFR

Au sein d’une petite communauté isolée dans un environnement majestueux de l’Altiplano, au Nord de l’Argentine, un couple d’enseignants a créé son propre système éducatif. Entre les romans de Jules Vernes et les ragoûts, les élèves étudient la Loi de Newton en construisant des fusées à propulsion avec des bouteilles en plastique et des morceaux de cartons. Centré sur l’impact de ce projet d’éducation communautaire, Los Sentidos témoigne des liens entre professeurs, enfants et leurs familles, ainsi que des ambitions, volontés et obstacles d’une communauté à l’écart du monde.

Girl Model

de Ashley Sabin et David Redmon, USA
2011 | 3e et + | 1h18 | VOSTFR

Girl model montre l’envers du décor et les controverses du monde du mannequinat à travers deux protagonistes : Ashley, une dénicheuse de talents qui parcourt la Russie à la recherche de nouveaux visages pour le marché japonais. Et une de ses découvertes, Nadya, 13 ans, qui quitte sa Sibérie natale pour Tokyo, dans l'espoir d'y faire carrière. La première sait tout des coups de cafard et des cruelles déceptions qui attendent sa jeune recrue, elle a été elle-même modèle. Son ambivalence et sa lucidité font une des forces glaçantes du film.

Et les Mistrals Gagnants

de Anne-Dauphine Julliand, France
2017 | 6e et + | 1h39 | VOSTFR

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre 6 et 9 ans. Ils vivent dans l’instant. Avec humour et surtout avec l’énergie optimiste de l’enfance, ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde : celui de l’hôpital où ils soignent des maladies très lourdes. Avec beaucoup de sérénité et d’amour, ces cinq petits bouts d’chou nous montrent le chemin de la résilience. Un film à hauteur d’enfant, sur le courage, l’espoir… la vie tout simplement.

Les partenaires