Le décor est inédit : un vaste temple au toit en pagode en pleine brousse du Malawi. C’est là qu’Enock et des dizaines d’orphelins africains sont éduqués depuis tout petits selon la discipline du bouddhisme chinois confucéen. Fierté de ses maîtres pour ses exploits en arts martiaux, Enock devenu adolescent déçoit leurs espoirs en refusant de continuer ses études en Chine afin de pouvoir vivre parmi les siens au village. Chronique de cette année charnière où le jeune homme doit choisir entre deux cultures, deux destins, le film interroge la notion de faire le « bien d’autrui » et nous renvoie à notre propre histoire.

En compétition pour le Prix des jeunes