Cris, José, Paola, Amina, Zack ou Anwarra… viennent des quatre coins du monde, mais ils ont une chose capitale en commun : jamais ils ne se sont dit qu’ils étaient trop jeunes pour agir contre l’injustice ou les violences. Trafic d’êtres humains, travail des enfants, mariages forcés, extrême pauvreté… chacun d’eux mène son propre combat, en fonction de ce qu’il a pu subir ou de ce qui le révolte, inspirant ou entraînant souvent d’autres enfants avec lui. A l’exemple de José Adolfo, 7 ans, qui a créé une banque coopérative permettant aux enfants de transformer des déchets en argent, et dont la formidable réussite sert de fil conducteur au film.